C

  1. CALIBRAGE

     

    Il indique la dimension de fabrication des carreaux en mm et est toujours reporté sur l’emballage.

     

    Il peut être supérieur ou inférieur de quelques millimètres par rapport à la dimension nominale en cm indiquée sur les catalogues.

    A cet égard, nous précisons qu’en vertu des normes UNI EN ISO en vigueur, la dimension de fabrication en mm peut varier de ±2% (jusqu’à un maximum de 5mm) par rapport à la dimension nominale en cm. En ce sens, un carreau de 60 cm X 60 cm peut être commercialisé à une dimension de fabrication égale à 595,0 mm X 595,0 mm.

     

    Pour des motifs liés aux technologies de fabrication, les carreaux NON RECTIFIÉS présentent des dimensions légèrement différentes et c’est pour cela qu’en phase de sélection, ils sont regroupés en lots (calibres) de même dimension, dans le respect des tolérances établies par les normes.

     

    Tel que le bain, le calibre est également reporté sur l’emballage de la manière suivante:

     

    CALIBRE         

    W [mm]             

    06

    296,0 x 296,0

    07

    297,0 x 297,0

    08

    298,0 x 298,0

    09

    299,0 x 299,0

    0

    300,0 x 300,0

    1

    301,0 x 301,0

    2

    302,0 x 302,0

     

    Par exemple: « 30 cm X 30 cm Calibre 09 » cela signifie que la dimension de fabrication des carreaux contenues dans l’emballage sera de: W = 299,0 mm X 299,0 mm.

     

  2. CARACTÉRISTIQUES CHIMIQUES (ISO 10545-13 – ISO 10545-14)

                                                       

     

     

     

     

     

     

    La résistance aux attaques chimiques est la propriété qui définit le comportement de la surface céramique au contact d’agents chimiques corrosifs et, du fait de leurs composition et caractéristiques, potentiellement capables de réagir avec la surface céramique en question, en altérant ses prestations fonctionnelles et esthétiques.

     

    Les propriétés de résistance se distinguent en :

     

        • Résistance aux produits chimiques d’usage domestique (ISO 10545-13)
        • Résistance aux acides et aux bases hautement concentrées (ISO 10545-13)
        • Résistance aux acides et aux bases faiblement concentrées (ISO 10545-13)
        • Résistance aux taches (ISO 10545-14)

     

    Pour la compacité de sa couche superficielle (dans le cas des collections en GRÈS CÉRAME COLORÉ DANS LA MASSE et GRÈS CÉRAME TECHNIQUE) et pour l’utilisation d’un émail résistant aux agents chimiques corrosifs (dans le cas des collections en GRÈS CÉRAME ÉMAILLÉ), le grès cérame ATLAS CONCORDE présente une grande inertie chimique.

     

    La seule exception qui concerne tous les types de matériaux céramiques est l’ACIDE FLUORHYDRIQUE ainsi que ses DÉRIVÉS.

  3. CARACTÉRISTIQUES DIMENSIONNELLES ET QUALITÉ DE SURFACE (ISO 10545-2)

     

     

     

     

     

     

     

    Elles indiquent la validité d’un lot de carreaux qui permettra d’obtenir un carrelage régulier.

     

    Les lots de production peuvent présenter d’inévitables différences de dimensions qui ne compromettent pas la possibilité de pose à joint uni ou minimum.

     

    Les caractéristiques dimensionnelles sont :

     

        • Longueur et largeur. Dimension des côtés du carreau
        • Epaisseur
        • Rectitude des arêtes et équerrage. Mesurées en contrôlant que les côtés du carreau soient bien perpendiculaires entre eux.
        • Planéité. Indique les marges de voilement et de gauchissement de la surface du carreau par rapport au plan de base sur lequel il sera posé. La planéité est définie par trois types de mesures effectuées dans trois positions différentes:

     

            • Au centre de la surface (mesure de la courbure centrale)
            • Au centre des arêtes du carreau (mesure de la courbure de l’arête)
            • Sur l’angle de la surface du carreau (mesure du gauchissement)

  4. CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES SUPERFICIELLES (EN 101 – ISO 10545-6 – ISO 10545-7)

    Elles concernent la surface d’exercice du carreau et sont associées à la résistance aux rayures, à la détérioration (usure) perpétrée par des corps durs qui se déplacent sur la surface ou qui rentrent en contact avec celle-ci. Elles caractérisent particulièrement les carrelages de sol. La propriété la plus importante est la résistance à l’abrasion.

     

        • Dureté Mohs (EN 101)

     

     

     

     

     

     

     

    La dureté superficielle déterminée selon l’échelle MOHS exprime la capacité de la finition superficielle de résister aux rayures. D’après la norme EN 101, les carreaux sont classés de 1 à 10 en fonction de la dureté croissante des minerais employés pour la rayer.
    L’échelle de dureté MOHS est la suivante:

    1 Talc – 2 Plâtre – 3 Calcite – 4 Fluorine – 5 Apatite – 6 Feldspath – 7 Quartz – 8 Topaze – 9 Corindon – 10 Diamant.

    Le carreau qui possède le degré de dureté Mohs le plus élevé aura moins de risque que des objets ou d’autres matériaux puissent le rayer de manière indélébile.

     

        • Resistance à l’abrasion profonde (ISO 10545-6)

     

     

     

     

     

     

     

    La résistance à l’abrasion ou résistance mécanique superficielle mesure la résistance que la surface céramique est capable de démontrer à l’égard de l’usure liée au mouvement de corps, de surfaces ou de matériaux rentrant en contact avec celle-ci (par exemple les semelles de chaussures, les roues de chariot ou d’autres véhicules, les meubles ou toutes autres charges traînées sur la surface).

    La résistance à l’abrasion pour les carreaux NON ÉMAILLÉS (GRÈS CÉRAME COLORÉ DANS LA MASSE et GRÈS CÉRAME TECHNIQUE) est indiquée dans le catalogue par un VOLUME DE MATÉRIAU SOUMIS À ABRASION (en mm3) obtenu conformément à la réglementation en vigueur UNI EN ISO 10545-6.

     

        • Resistance à l’abrasion superficielle PEI (ISO 10545-7)

    La résistance à l’abrasion est la capacité de la surface de l’émail (Grès Cérame Emaillé) de résister à l’action de l’usure. D’après la norme ISO 10545-7, les carreaux sont classés en fonction de leur emploi et domaine d’application, en cinq classes:

    PEI 1: Produits destinés à des environnements caractérisés par un très faible passage et ne contenant pas de résidus abrasifs: ex. salles de bain, chambres à coucher.
    PEI 2: Produits destinés à des environnements caractérisés par un passage moyen et un niveau d’abrasion moyen-bas: ex. bureaux, salles de séjour.
    PEI 3: Produits destinés à des environnements caractérisés par un passage moyen-fort et un niveau d’abrasion moyen: ex. entrées, cuisines de maisons individuelles.
    PEI 4: Produits destinés à des environnements caractérisés par un passage intense: ex. restaurants, bureaux, magasins, administrations (à l’exception des sols situés sous des caisses et comptoirs de structures commerciales ainsi que de rampes d’accès obligatoire étroites).
    PEI 5: Produits destinés à des environnements caractérisés par un passage particulièrement intense.

  5. CARACTÉRISTIQUES SE SÉCURITÉ (méthode B.C.R.A. – ASTM C 1028 S.C.O.F. – DIN 51130 – DIN 51097)

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le coefficient de sécurité mesure la résistance des carreaux céramiques à la glissance. Actuellement il existe différentes méthodes d’essai pour le déterminer :  

     

        • METHODE B.C.R.A. 

    La méthode BCRA est un instrument qui fournit le coefficient de frottement dynamique (μ) auquel doit répondre une surface afin d’être considérée antidérapante (μ doit être ≥ 0,40 pour l’élément glissant cuir sur sol sec et pour l’élément glissant gomme dure standard sur sol mouillé):

     

    COEFFICIENT DE FROTTEMENT DYNAMIQUE                                                                              

    μ ≤ 0,19                            

    GLISSANCE DANGEREUSE

    0,20 ≤ μ ≤ 0,39

    GLISSANCE EXCESSIVE

    0,40 μ ≤ μ ≤ 0,74

    FROTTEMENT SATISFAISANT

    μ ≥ 0,75

    FROTTEMENT EXCELLENT

     

        • METHODE ASTM C1028

    La méthode ASTM provient des Etats-Unis et prévoit l’utilisation d’un instrument de mesure qui fournit le coefficient de frottement statique (S.C.O.F.).

     

    COEFFICIENT DE FROTTEMENT STATIQUE                                                                                 

    ≤ 0,50                                

    GLISSANCE DANGEREUSE

    0,50÷0,60

    FROTTEMENT SATISFAISANT

    ≥ 0,60

    ANTIDÉRAPANT

     

        • METHODES DIN

    Les méthodes allemandes DIN également employées en Italie et connues sous le nom de « test de la rampe » ou du « plan incliné », se distinguent en :

     

        • MÉTHODE DIN 51130 (pour les sols dans des environnements et zones de travail et de transit industriel avec danger de glissement):

     

    CLASSE DE RÉSISTANCE (angle) 

    EXEMPLES DE MILIEUX

    R9

     (6° ≤ αTOT ≤ 10°)

    Salles de séjour, cantines d’entreprises, salles à manger,

    restaurants…; cabinets médicaux, hôpitaux et cliniques,

    pharmacies, laboratoires; Salons de coiffure; Laveries;

    Zones de récréation et classes dans les écoles et

    crèches,…

    R10

     (10° < αTOT ≤ 19°)

    Caves et sous-sols; Zones exposées à l’air libre destinées

    à la vente; Entrepôts de denrées alimentaires emballées;

    Entrepôts extérieurs; Garages couverts et sous-terrains;

    Parkings extérieurs; Cuisines de crèches et écoles;

    Ateliers artisanaux, Aires de recréation extérieures;

    Passages piétons d’entreprise en extérieur…

    R11

     (19° < αTOT ≤ 27°)

    Production, stockage et emballage de fromage;

    Production de matières premières; Embouteillage de

    boissons, production de jus de fruits; Cuisines

    gastronomiques jusqu’à 100 couverts par jour; Abattoirs

    et locaux de traitement de la viande; Environnements et

    magasins de fleuristes; Zones extérieures destinées à la

    vente; Teintureries pour textiles; Entrepôts extérieurs;

    Parkings extérieurs; Garages, garages couverts et sous-

    terrains climatisés; Aires de récréation extérieures;

    Passages piétons d’entreprise en extérieur…

    R12

    (27° < αTOT ≤ 35°)

    Production et emballage de margarine et de graisse

    alimentaire; Embouteillage d’huile alimentaire;

    Fabrication et traitement de lait frais et de beurre;

    Locaux de traitement de graisses ou de masses liquides;

    Parkings casernes de pompiers et espaces d’entretien

    des canalisations et tuyaux d’eau; Rampes de

    chargement non couvertes; Zones de livraison

    d’entreprise extérieures…

     

        • MÉTHODE DIN 51097 (pour les zones mouillées qui prévoient de marcher pieds nus):

     

    CLASSE DE RÉSISTANCE                                       

    ANGLE MOYEN DE GLISSANCE                            

    A

    12°  ≤ α < 18°

    B (A+B)

    18° ≤ α  < 24°

    C (A+B+C)

     α > 24°

     

     

     

     

     

     

  6. CARACTÉRISTIQUES STRUCTURELLES (ISO 10545-3)

     

     

     

     

     

     

     

    Ces caractéristiques se rapportent à la structure du carreau de céramique.

    Elles sont principalement mesurées sur la base du taux d’absorption de l’eau. L’absorption s’effectue au travers des pores de la surface du matériau céramique, et en détermine par conséquent le degré de porosité.

     

    Plus particulièrement:

     

        • Niveau d’absorption de l’eau ELEVÉ: correspond à une structure poreuse comme le type de céramique généralement commercialisé sous le nom de MONOPOREUSE.
        • Niveau d’absorption de l’eau BAS : correspond à une structure compacte complètement grésifiée, typique du type de matériau céramique traditionnellement commercialisé sous le nom de GRÈS CÉRAME.

     

    La valeur d’absorption d’eau se rapporte au support et non à la surface des carreaux céramiques. Dans le cas des PRODUITS ÉMAILLÉS, elle ne concerne pas l’émail car celui-ci, étant un revêtement vitreux imperméable, n’est pas poreux.

  7. CARREAUX

    Les carreaux sont des éléments architecturaux de construction qui peuvent être utilisés pour recouvrir des sols et des revêtements. Dans certains cas particuliers, ils peuvent avoir des fins artistiques et assumer un rôle esthétique au sein des projets architecturaux.

    Go to « All collections page » by Atlas Concorde >>

  8. CARREAUX CÉRAMIQUES

    Les carreaux de céramique sont des dalles de divers formats et d’épaisseur relativement fine de matériau céramique.

     Comme tous les matériaux céramiques – la vaisselle (assiettes, tasses, etc.), les sanitaires (lavabos, bidet, WC, etc.), les produits en terre cuite (briques, tuiles, hourdis, etc.) – les carreaux en céramique sont obtenus à partir de pâtes d’argile, mélangées à du sable ainsi qu’à d’autres substances naturelles. Au terme de leur préparation ces pâtes sont façonnées dans la forme souhaitée et ensuite cuites à haute température.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  9. CERAMICS OF ITALY

    Le label de l’industrie céramique italienne dans le monde. Atlas Concorde garantie l’origine de ses produits grâce au label Ceramics of Italy qui est réservé aux produits en céramique effectivement fabriqués en Italie par une société membre de Confindustria Ceramica ayant signé le Code Éthique qui l’engage à communiquer clairement l’origine de ses produits.

  10. CÉRAMIQUE

    La céramique est un matériau qui s’obtient à partir de mélanges d’argile  et d’autres substances disponibles dans la nature. À l’état naturel, la céramique est très ductile, tandis qu’elle devient très raide après la cuisson. La céramique est utilisée pour la réalisation  de produits de revêtement ou de couverture, briques, sanitaires, produits mécaniques et aéronautiques, et solutions utilisées dans le secteur de la construction. La céramique offre de nombreuses solutions décoratives, elle est résistante aux abrasions, aux agents atmosphériques, au feu et aux attaques chimiques.

  11. CHAPE

    La chape est un élément de construction d’épaisseur généralement variable comprise entre 4 et 8 cm. Elle est réalisée avec des mortiers à base de ciments.

     

    Si elle est coulée directement sur un hourdis porteur (par exemple une base de béton armé), ou sur une couche de désolidarisation (par exemple une barrière de vapeur), ou encore sur une couche d’isolation thermique ou phonique, elle est appelée « adhérente », « désolidarisée » ou encore « flottante ». Lorsque ces chapes englobent des serpentins ou grilles de chauffage au sol, elles sont qualifiées de « chauffantes ».

     
    Conseils pour la pose REVETEMENTS DE SOL >>

    Conseils pour la pose REVETEMENTS DE MUR >>

  12. CHARGE DE RUPTURE F

    Voir Propriétés mécaniques de la masse >>

  13. CLASSE DE SÉLECTION

    Les classes de sélection regroupent les carrelages en fonction de la quantité de défauts tolérés par les normes.

     

    Dans la première classe, pas plus de 5 carreaux défectueux sur un total de 100 carreaux sont admis.

    Les classes différentes de la première (seconde, troisième classe, etc.) sont de qualité inférieure et peuvent contenir un nombre supérieur de défauts.

    En résumé avec la première classe le revêtement de sol doit donner un résultat optimal, avec la seconde classe, le revêtement peut présenter des défauts à un regard averti, avec la troisième classe le revêtement peut s’avérer défectueux, tandis que les carreaux qui ne sont pas en mesure de donner un résultat acceptable sont qualifiés de « déchets ».

  14. COEFFICIENT DE DILATATION THERMIQUE LINÉAIRE (ISO 10545-8)

    Voir Propriétés thermiques et hygrométriques >>

  15. COGÉNÉRATION

    Production combinée d’énergie électrique et de chaleur. Elle constitue plus particulièrement un élément de haute efficacité énergétique qui permet de maximiser la récupération de chaleur obtenue de la génération d’énergie électrique, en l’utilisant directement dans les processus de production de la céramique.

     

    Atlas Concorde a équipé ses propres établissements de production d’installations de cogénération capables de rationaliser les coûts en énergies.

  16. CORNIÈRE D’ANGLE EXTÉRIEURE

    pièce spéciale de revêtement, élément de raccord à section carrée, utilisée pour revêtir le coin extérieur formé par deux surfaces disposées à 90° l’une par rapport à l’autre.