Atlas Concorde pour l'urgence en Ouganda

Lorsque Gino Strada a confié à Renzo Piano la conception de l'hôpital Emergency d'Entebbe, en Ouganda, il lui a demandé de créer un espace public "outrageusement beau". Des matériaux naturels et précis ont été utilisés pour la construction de cette œuvre, sans négliger la technologie requise dans de tels contextes. La décision d'utiliser le grès cérame Atlas Concorde pour l'intérieur de l'hôpital s'inscrit dans cette ligne, avec un accent sur l'hygiène et la durabilité.
Ph Marcello Bonfanti2

Un espace public d'une beauté scandaleuse

Imaginer et réaliser un espace public signifie créer un lieu qui améliore la vie de toute une communauté. Le faire en Afrique implique des réflexions et des approches qui amènent les commissaires et les architectes à se mesurer à des enjeux aussi vastes que leur propre conscience. Un exemple en est certainement le centre de chirurgie pédiatrique construit à Entebbe, en Ouganda, conçu par Renzo Piano pour Emergency. Ce projet est né d'une rencontre fructueuse entre l'architecte génois et Gino Strada, qui lui avait demandé de construire un hôpital "scandaleusement beau" pour son organisation.
La question est moins banale qu'il n'y paraît à première vue. Une certaine attitude entre paternaliste et colonialiste, e effet, certains pensent qu'après tout, toute œuvre réalisée en Afrique est déjà bonne en soi, du fait qu'elle a été portée à un endroit où elle n'existait tout simplement pas auparavant. Au contraire, l'intention de Gino Strada et Renzo Piano montre comment la rigueur éthique peut - et doit - se traduire également sur le plan esthétique, ainsi qu'en termes d'engagement civil. La plus haute forme de respect identifiée dans la construction d'un hôpital pédiatrique en Ouganda - un endroit où la moitié de la population a moins de 15 ans, mais où il y a cinq chirurgiens pédiatriques dans tout le pays - pour Gino Strada a en fait été définie dans la demande faite à Renzo Piano de construire un hôpital qui soit avant tout "beau".

Ph Marcello Bonfanti5
Ph Marcello Bonfanti11
Ph Marcello Bonfanti9
Ph Marcello Bonfanti26

Pour Gino Strada, en résumé, la bonne façon d'aider l'Afrique est de "faire là-bas les mêmes choses que nous aimerions voir faire en Italie" : dans ce cas précis, offrir des soins gratuits aux enfants dans le besoin, dans un lieu accueillant.

L'utilisation de matériaux naturels

Dans les mains de Renzo Piano, le défi était, d'une part, de développer des solutions et des ressources présentes dans un contexte aussi particulier, et d'autre part, de rechercher efficacement une beauté aussi fonctionnelle qu'actuelle. Le contexte géographique a suggéré à l'architecte d'exploiter ce qu'il appelle la loi de la "dure nécessité" : une opération avec ce qui est réellement disponible dans le contexte du chantier, allant ainsi jusqu'à développer une approche qui peut être reproduite dans d'autres situations similaires. Plus précisément, les murs porteurs de l'hôpital ont été construits avec les mêmes déblais que ceux utilisés pour les fondations du bâtiment, et exploitent - avec une dignité renouvelée - l'ancienne technique du terra pisé. Un procédé traditionnel qui utilise un mélange de terre battue, de sable, de gravier, de liants et d'eau et qui, sans nécessiter une main-d'œuvre hautement spécialisée, garantit une inertie thermique capable de maintenir une température et une humidité constantes dans le bâtiment.
Dans ce cas, la résistance mécanique de la terre a été améliorée grâce à l'utilisation du mix-design - un calcul utile pour identifier une composition spécifique de la poudre de maçonnerie - pour optimiser les performances de la terre en décuplant les valeurs standard, atteignant ainsi ceux d'un bon béton. Bref, des techniques anciennes renouvelées grâce aux mêmes matériaux naturels locaux, associées à la puissance d'une technologie de construction innovante.

Ph Marcello Bonfanti1
Ph Marcello Bonfanti7

La conception architecturale se fond dans la nature environnante - nous sommes dans une zone qui descend en pente douce vers les rives du lac Victoria - et le périmètre de l'hôpital aussi. Les chemins, ainsi que les importants espaces extérieurs qui l'entourent, se prolongent sur des terrasses douces, qui assurent la continuité spatiale entre l'intérieur et l'extérieur. Cette osmose est au cœur du projet en question, car le dialogue constant avec les espaces verts et les arbres devient, dans les intentions de Renzo Piano lui-même, une métaphore explicite du processus de guérison des jeunes patients.

La comparaison avec l'architecture italienne traditionnelle

Si nous examinons l'esthétique générale de l'hôpital pour enfants d'Entebbe, nous remarquons que ce projet présente en partie un hommage explicite à un autre hôpital, cette fois à Milan : l'hôpital Ca' Granda Maggiore. Cet espace public est lui-même fondé sur la rencontre orthogonale de vecteurs architecturaux et le dialogue dense entre de longues allées et de larges cours. La réalisation d'une grande œuvre publique est toujours un manifeste d'intention par lequel le client entend transmettre quelque chose à la communauté locale.
En effet, même dans le cas du prince Francesco Sforza, au XVe siècle, le choix d'Antonio Averulino dit Filarete, architecte toscan appelé à Milan sur recommandation de Cosimo de' Medici, témoigne du désir de donner à Milan un édifice conçu selon les techniques de construction les plus avancées, pour lesquelles à la Renaissance
Florence était considérée comme le point de référence absolu. Le plan de l'Ospedale Maggiore est quadrangulaire, tandis que l'entrée principale - un peu comme l'hôpital pour enfants ougandais - donne accès à une vaste cour centrale, appelée cour Richini, qui communique avec deux cours identiques à droite et à gauche. A Entebbe, de même, les espaces s'articulent en trois bâtiments parallèles, dont le plus petit, de plain-pied, est utilisé pour la réception. Les deux autres bâtiments de deux étages longent les côtés de la cour centrale et abritent les salles d'opération et de réanimation. La cour centrale est un hortus conclusus avec un grand arbre, surplombé par des couloirs et des pièces. Il existe également une aire de jeux extérieure et un jardin comptant 350 arbres : comme nous l'avons mentionné, la verdure est ici un élément important pour le rétablissement et la guérison des patients. Il va sans dire que les choix sont orientés vers la durabilité.

Le choix des matériaux était collectif

La synthèse de Renzo Piano pour l'hôpital Emergency a donc réuni les connaissances locales et la tradition italienne. Tous les choix de matériaux de construction ont été faits avec ceux qui vivraient le bâtiment au quotidien : en effet, ce sont les médecins des différents services qui discutaient avec les architectes pour établir les besoins et les priorités.
D'autres choix ont été dictés par le contexte : un rôle important a été joué par la décision de ne pas utiliser le bois, sujet à des attaques d'insectes et de termites, et de privilégier les matériaux et composants minéraux et métalliques. Une signature claire de Renzo Piano se lit également dans le dialogue entre la solidité et la cohérence de la structure en terra pisé et la légèreté de la toiture, constituée d'un parapluie métallique supportant 3 000 mètres carrés de panneaux solaires, de manière à garantir la pleine autonomie énergétique de l'hôpital et aussi un surplus pour alimenter la zone environnante. Le dialogue entre la terre et le métal rappelle une autre œuvre de Renzo Piano, l'Auditorium Parco della Musique de Rome. Comme dans ce cas, c'est le zinc-titane qui a été choisi pour le toit : un "matériau splendide qui dure éternellement".

VISTA AEREA

Selon Piano lui-même, il s'agit en fait d'un élément noble : "il appartient à l'histoire de l'architecture et de la ville, comme on peut le voir dans le vieux Paris, où les toits sont en tôle galvanisée et où les ouvriers qui les réparent s'appellent des couvreurs. Ensuite, c'est un matériau qui vieillit à sa manière, comme le cuivre et le plomb, bref comme tous les matériaux naturels.

Grès cérame Atlas Concorde : un rôle clé

Dans le raffinement des solutions pour réaliser l'hôpital "outrageusement beau" - presque un adieu dédié par Renzo Piano dans les mois de la mort de son ami Gino Strada - les finitions ne pouvaient qu'être centrales, ce qui, un peu comme ce qui s'est passé dans la conception du projet architectural, nous ramène une fois de plus en Italie. Dans le cas d'un hôpital, la question de l'hygiène et des matériaux permettant de la restaurer et de l'entretenir dans le temps est évidemment centrale. Parmi ceux-ci, le choix des collections à effet ciment d'Atlas Concorde, utilisées pour les sols et les murs des couloirs et des salles d'opération de l'hôpital. En effet, le grès cérame est par nature un matériau sain, facile à nettoyer et qui ne nécessite pas d'entretien particulier. Résistant aux chocs et à l'usure, il est totalement hypoallergénique : exempt de toxines et d'allergènes, il ne dégage pas de COV ni de formaldéhyde, ce qui en fait la solution idéale pour les environnements de soins. Un rôle essentiel, donc, celui d'Atlas Concorde, associé à l'utilisation minutieuse des matériaux, pour un espace public utile, fonctionnel et "outrageusement beau".

Ph Marcello Bonfanti25
Ph Marcello Bonfanti27

Laissez-vous inspirer